Entrevue – Jonathan Allard

Naj

Naj

Jonathan est entraîneur privé et coach en alimentation sportive. On a eu la chance de travailler avec lui à plusieurs reprises et on peut vous dire qu’il est extrêmement passionné par ce qu’il fait. Il est aussi le fondateur de Allard Fitness où l’approche se base sur trois principes:

  • EAT RIGHT
  • MOVE RIGHT
  • THINK RIGHT

On a le bonheur aujourd’hui de partager avec vous une entrevue avec Jonathan!

Bonne lecture! 

Bonjour Jonathan! Qui es-tu et qu’est-ce que tu fais?

Je suis à titre professionnel, un entraîneur privé. 90% de ce que je fais, c’est des consultations alimentaires avec une saveur de bien-être. J’ai des formations en naturopathie et en médecine fonctionnelle. Formé, mais pas nécessairement pratiquant. Mon approche provient d’un état d’aller le plus possible à la source du problème.

Comment a été ton année en 3 mots? Pourquoi?

Oh wow… *rire* C’est une bonne question.

  • Sombre: En pleine transparence professionnelle, la fermeture des gyms, l’absence de conversation concernant la santé préventive nous ont démunis. Le gros de mon domaine a été complètement démoli, éliminé. La deuxième fermeture de gym a été une claque dans la face. Ça n’a pas été valorisé. Quand ça fait 10 ans, à 40 heures par semaine, que tu fais quelque chose et que c’est gratifiant parce que tu fais du bien aux gens, et qu’en un an tu peux te sentir coupable de travailler avec quelqu’un parce que t’augmentes le risque de maladie si tu vois la personne en vraie. La société, en gros, pour la première fois depuis le début de ma carrière, il n’y a pas une ambiance générale où s’occuper de ta santé fait partie de la solution pour la santé. C’est bizarre… 
  • Réévaluation & Introspection: L’année avait quand même bien commencé. J’étais déjà en introspection suite à des années de travail. 2020 a bien été timé, un rôle catalyseur pour me propulser vers quelques changements. Ça a brassé un peu mes affaires, changé mon beat, mais c’était  bienvenu. 

Tout en restant transparent, en 2018, mon plus gros mentor professionnel est mort, Charles Poliquin. Depuis ce temps-là, il y a un gros vide qui n’est pas comblé dans l’industrie, selon moi. J’étais déjà en introspection et dans la réévaluation par rapport à mes méthodes et la croissance. 2020 est arrivé et ça nous a tous forcés à réévaluer ce qu’on faisait. Surtout comme entraîneur, tout était fermé au premier confinement. On était dans une vibe où l’entraîneur pouvait prendre plus une place de cheerleader, plus que son poste initial. D’essayer de faire en sorte que les gens ne tombent pas dans la malnutrition, l’inactivité. Pour ma job en tant que tel, je devais évaluer comment faire pour continuer à aider les gens à atteindre leurs objectifs. Un gros point positif, j’étais déjà organisé pour travailler à la maison.

Qu’est-ce que tu as appris sur toi-même ou ton entreprise en 2020?

J’ai appris une leçon, qui a été dure à comprendre au début de ma carrière, il y a toujours une sorte de clientèle pour tous les services ou produits. Je pensais que je n’aurais plus de nouveaux clients, surtout à travers de tout ça, que tout serait tombé à l’eau. Finalement, ça n’a pas arrêté, j’ai eu des clients toute l’année. J’ai été agréablement surpris! Aussi, j’ai un travail extrêmement flexible, qui peut se faire de n’importe quelle façon ou endroit. C’est rassurant que j’ai une carrière qui ait cette possibilité.

Qu’est-ce qui t’attend en 2021?

C’est toute une question ça! *rire* Il y a plusieurs réponses à ça. Au niveau professionnel, ça serait la même chose. De la façon que j’opère maintenant, malgré les fermetures, je peux continuer. Mon chiffre d’affaires est très confortable. J’aimerais avoir quelqu’un de nouveau dans l’entreprise pour déléguer quelques tâches. J’ai ajouté à mon horaire une certification en programmation web. Ça me prend le sentiment de croissance, la perception que je suis tout le temps en train d’avancer. J’aimerais qu’il y ait des applications ou des programmes pour l’entraînement, à mon goût. Il y en a, mais pas en français. Ce domaine n’a aucun rapport avec mon day to day, mais c’est dans mes intérêts. Comme on dit, on a juste une vie à vivre.

Comment réussis-tu à garder ta motivation?

Hmmmm..next question? *RIRE* Si j’ai un seul talent, dans la vie, c’est la capacité de me mettre dans un pattern et de laisser le temps passer. C’est peut-être un défaut, mais c’est un outil de coping que j’ai développé très jeune. Je peux répéter mes semaines, un peu comme le jour de la marmotte, sans problème. C’est dû à quelques années difficiles, professionnellement. 
Sinon, j’ai quand même quelque chose sur mon mur que je vois au quotidien, un beau cadre signé par Charles Poliquin, qui dit: Victory belongs to the most persistent. L’important c’est la constance, il ne faut pas arrêter. En cas de doute, continuer d’avancer va toujours porter plus.

Est-ce que tu as des trucs pour le manque de sommeil?

Pour moi, je suis très à l’aise de me coucher exceptionnellement tard et me détester le lendemain. Pour éviter ça, je dois mettre en place un horaire, une alarme qui me dit shut it down. J’en ai une depuis 2010! Elle m’énerve, mais ça fonctionne. À tous les soirs, ça sonne pour me rappeler de ne pas partir par exemple, une autre émission. D’arrêter ce que je fais, ou d’au moins le terminer. Aussi, j’utilise librement de la mélatonine. J’arrive chez moi un peu trop allumé, je devrais avoir une routine plus relaxante. Si je fais comme si mes électroniques n’existent pas, cellulaires et ordinateurs, j’arrive à me coucher plus tôt.

Nice! Okay, est-ce que t’as des trucs pour le stress?

Dans mon cas, j’utilise des suppléments. En cas de doute, évaluer sa consommation de magnésium peut aider. Sinon il n’y a rien qui peut égaler à prendre du temps off, au moins une fois dans ta journée. Pas nécessairement méditer ou quoi que ce soit, mais juste rien faire pendant 10-15 minutes. Depuis presque 8 ans, j’utilise l’application HeadSpace, qui développe la capacité de déposer le poids du stress. Un vrai passe-temps sans culpabilité est important. Un loisir qui te permet de mettre la switch à off. J’ai des clients qui tricotent, d’autres qui écoutent la télévision. Par contre, il y a plein de gens qui écoutent la télévision et sont encore stressés.

Est-ce que quelque chose de plus manuelle est plus efficace?

Les choses plus créatives sont efficaces! Les loisirs qui demandent un certain effort mental. Tant que ça fait l’affaire pour toi, c’est bon. Ça dépend vraiment de la personne, il y en a que c’est du ménage, des casse-têtes, etc. On est très conditionné à être productif, mais il faut un équilibre entre le temps off et le temps on.

Comment fais-tu pour garder un équilibre entre ta santé mentale, physique et émotionnelle?

Oh god… Il y en a qui pourrait te dire que je ne l’ai pas! *rire* Les principes de time blocking. De dire que j’appartiens à telle chose à telle heure et d’autres pas du tout. Je suis vraiment rendu dangereusement bon au “pas du tout”. À tel point que je ne vérifie pas mes messages de coaching le vendredi, samedi. Pour moi, c’est la chose à faire! Je ne crois pas avoir perdu directement des clients à cause de ça…

À cause de ton time blocking? Avec ton time blocking tu vas vraiment te réserver du temps pour ton travail, ta santé physique, ta santé mentale…

C’est fait par blocs d’heures. De dire que je vais céduler les choses que je veux ou dois faire pour moi en premier, et par après je cédule le travail autour de ça. Avec raisons! Il y a des limites, je ne peux pas juste lounge around 10 heures par jour. Il y a une quantité de travail que je dois faire pour vivre. Par contre, je cédule mon entraînement en premier, après mon me time et je charge le reste avec le travail. Le défi par contre c’est de ne pas déborder.

À quoi ressemble une semaine typique quand tu time block justement ton entraînement et ton me time?

Essentiellement, le dimanche, lundi, mardi et jeudi, de 9h à 21h, j’appartiens au travail. Le mercredi c’est de 9h à 17h. Dans ces journées-là, j’ai un bloc de 1h30, à différents moments, où je m’entraîne. Je suis déjà dans le gym ou à mon bureau, donc c’est facile.

Tu t’entraînes combien de fois par semaine?

C’est environ 4 à 5 fois par semaine. Les mercredis après-midi et les vendredis je suis off. Le samedi appartient à mon couple. C’est vrai! Ça mérite d’être dit. Le reste du temps, chaque partie de ma vie prend ce qu’elle peut.

Dans la communauté qu’on sert avec notre calendrier de l’après, (où le but est d’inspirer, d’aider, de donner un petit coup de bien après une année de merde et de mettre 2020 en arrière et de regarder en avant) les gens ont beaucoup d’ambitions, et travaillent fort. C’est des gens qui sont souvent assis, qui travaillent à la maison et sont plus sédentaires. Est-ce que tu aurais des trucs pour les gens qui sont sédentaires pour rester actif malgré les heures de fou et le télétravail?

Si on commence de l’inactivité, on n’a pas besoin de commencer à se mettre des standards intenses. Souvent c’est ça le problème! Les gens vont tout de suite penser à s’entraîner une heure par jour, chaque semaine, et ils se disent qu’ils n’ont pas de temps. On a le droit de s’entraîner une fois par semaine, ça existe et c’est valide. C’est la différence entre être une personne qui s’entraîne et une personne qui ne s’entraîne pas. Même marcher ça compte. Ça compte énormément! Généralement, dépendant du niveau de la personne, c’est d’instaurer à la routine un moment pour marcher. C’est du temps pour toi. Ça peut éventuellement devenir un moment d’entraînement à la maison. Les gens pensent souvent trop à l’extrême. 20 à 40 minutes de marche c’est valide et ça compte!

Comment fais-tu pour gérer la pression des résolutions du nouvel an?

Comme je l’ai mentionné plus tôt, j’ai des outils de coping pour faire face à mes problèmes. Je ne m’en fais pas, j’évite le problème! *rire* En tant que professionnel, c’est important de se fixer des objectifs clairs et mesurables. Sinon tu tournes tout le temps en rond et tu ne fais rien. Est-ce que ta question concerne moi ou les clients avec qui je fais affaire?

Peu importe, les deux!

Je ne me mets pas de pression pour ça. J’ai des objectifs en tout temps! Je suis très habitué à en avoir. Il y a une limite avec ce qu’on peut accomplir à n’importe quel moment. Tu peux faire une chose à la fois. Se fixer un maximum de 3 objectifs majeurs par année et de ne pas en rajouter quand ils sont accomplis. Concentre-toi sur eux. Aussi, il ne faut pas se faire de fameuses to do lists trop longues! Reste honnête avec toi-même.

Quelle est ta tradition préférée du temps des fêtes?

Pyjama all day!  Deux semaines de one piece! Vivre comme un adolescent et ne rien faire. Mettre la switch à off  professionnellement. D’autres années, j’aurais dit de manger comme un adolescent pendant deux semaines *rire* , mais pas cette année. Ça marche plus, en vieillissant le prix à payer est plus important. C’est vraiment de passer du temps avec les gens sans être un professionnel. Mes clients sont aussi à off pendant ce temps, donc je ne suis pas un coach pendant le temps des fêtes.

Qu’est-ce que tu laisses en 2020 et qu’apportes-tu en 2021?

Je laisse la pression de croître une entreprise d’entraînement et de tout ce que je fais professionnellement. Je continue à faire tout ce que je fais, mais j’enlève la pression de cette croissance-là. Temporairement! J’embarque dans une ambiance sans pression de performance, d’apprentissage d’un nouveau skill avec ma formation de programmation. Ça fait presque 10 ans que je n’ai pas pu apprendre quelque chose sans la pression de devenir le meilleur. J’ai le droit d’être poche! *rire* J’embarque dans 2021 en ayant hâte d’être poche dans quelque chose, sans pression. *rire*

Ce n’est pas une formation en nutrition ou quelque chose pour tes clients, c’est pour toi. C’est parce que t’as envie de le faire!

Exact! J’avais besoin de ça. En ajoutant cette formation en 2021, ça me permet de sortir du COVID. Parce que je ne suis plus un propriétaire d’entreprise qui essaie, je deviens un étudiant. Je l’ai testé en 2020, je sais que mon entreprise va rouler comme elle le fait en ce moment. Ça me permet de respirer.

Partagez :

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
© 2020 Tous droits réservés NAJ & CO // Maintenance WordPress SatelliteWP